La situation géopolitique de l’Europe à la veille de 1870.   1/2

15/07/2020

L'étude de la situation géopolitique de l'Europe peu avant 1870 est très importante pour la compréhension des évènements qui nous ont conduits là où nous sommes : Première Guerre Mondiale, Seconde Guerre Mondiale, Guerre Froide, etc, ... Dans ces deux articles nous allons revenir sur cet(te situation. Bonne et passionnante lecture.


La guerre franco-prussienne de 1870 est tristement célèbre pour la perte de l'Alsace et la chute du second Empire, laissant un sentiment de vengeance et de reconquête dans le cœur des français. Qui mènera à la Première guerre Mondiale.

Cette guerre, si importante, si mentionnée, dans l'étude de la Der des Ders, n'est pas assez connue du grand public, éclipsée par toutes les idées reçues.

Cette guerre qui est souvent résumé par une France surpassée, dépassée par une Allemagne naissante, est un mélange de vrai de faux. Face à une simplicité apparente se cache en réalité une grande complexité; en effet la guerre de 1870, c'est la fin d'un monde, d'une époque. L'arrivée en puissance d'une nation, l'Allemagne, qui sera au cœur des problématiques du XXe siècle.

La Guerre de 1870 n'est donc pas seulement la défaite de la France.

Pour comprendre ce conflit et son importance il faut revenir sur la situation géopolitique européenne de cette époque.

Tout d'abord revenons sur l'un des acteurs principal de cette époque : le Second Empire de Napoléon III.

Carte du Second Empire
Carte du Second Empire

Rétabli le 2 Décembre 1852, L'Empire renaît de ses cendres sous le règne de Louis-Napoléon Bonaparte, premier et dernier président de la II république, seul détenteur de tous les pouvoirs depuis son coup d'état du 2 Décembre 1851.

Pour comprendre l'Europe à la veille de 1870 il faut revenir sur la seconde période de l'Empire dite d' « Empire libéral ».

( la parenthèse )

France, un empire, deux courants.

À ses débuts le neveu du premier des empereurs assure et se revendique de la continuité du premier des empires, se développant donc vers un courant autoritaire. Le pays s'affirme à l'international, mais des crises internes secouent la France, avec une opposition grandissante.

En vue de développer la politique du pays, Napoléon III met en place de nombreuses réformes.

C'est durant ces réformes que le corps législatif obtient plus de pouvoir, que les ouvriers obtiennent le droit de grève, et que les prémices d'une école gratuite et obligatoire voient le jour.

C'est aussi une volonté de Napoléon III de se rapprocher du modèle gouvernemental des britanniques, qui ne leur fait pas défaut.

Peu de temps avant la chute l'une des têtes de l'opposition devient chef du nouveau gouvernement, à la suite des élections législatives de 1869.

C'est pourquoi nous pouvons donc distinguer deux phases : l'une autoritaire, et l'autre libérale.

Nous reviendrons probablement dans d'autres articles sur ce très étrange Second Empire.

( fin parenthèse )

C'est durant son règne que germe un sentiment national dans de nombreuses régions d'Europe, qui aboutira à la formation de plusieurs nations.

En effet, après que le Printemps des peuples ai secoué l'Europe entière, l'appartenance à une nation devint de plus en plus forte, dans des régions comme l'Allemagne et l'Italie, en raison d'une instabilité dut a un trop grand nombre de pouvoirs régionaux.

Printemps des Peuples-1848
Printemps des Peuples-1848

( une autre parenthèse )

Le Printemps des peuples est un ensemble de révolutions que connaît l'Europe entre 1848 et 1849. Dans de nombreux pays il fut déterminant, notamment en France où il marqua la fin de la restauration, mais aussi en Allemagne, où, malgré son échec, il fut déterminant dans la suite des affaires allemandes, dont l'unification.

( fin de l'autre parenthèse )

Dans les années 1860, a lieu une suite d'évènements nommée : la Risorgimento.

 Carte Italie 1860
Carte Italie 1860

C'est durant cette période de l'histoire italienne qu'a lieu l'unification. Voyant son intérêt à une intervention; la France intercède dans les affaires italiennes, au profit du royaume de Piémont-Sardaigne.

Après de nombreux conflits, notamment avec l'Autriche en 1866, l'Italie est quasiment unifiée en 1870. Pour remercier la France, l'Italie rétrocède la Savoie et Nice à Napoléon III.

Durant ce temps, les états allemands, réunis dans la Confédération Germanique, se livrent eux aussi à une lutte sans merci pour l'unification de leur « patrie ».

Confédération Germanique
Confédération Germanique

Les deux plus grands acteurs de cette unification sont : l'Empire d'Autriche et le Royaume de Prusse. Des discordances apparaissent entre ces deux nations, sur l'influence et le pouvoir de chacun sur les états membres de la Confédération.

En effet, chacun des deux parties espère voir une unification à son profit : vassale pour l'Autriche, sienne pour la Prusse.

En 1866, l'Autriche saute le pas et obtient de la confédération Germanique une levée de armées à l'encontre de la Prusse.

Deux camps se forment donc : l'un en faveur de l'Autriche, l'autre formé de nations dissidentes, est en faveur de la Prusse.

La France qui suit de près cette potentielle unification, est « invitée » a se positionner dans le conflit. Un dilemme, car l'Autriche est le « vieil ennemi de la France », mais la Prusse, dont les projets sont tout sauf méconnus par la France, risque par l'unification de menacer les frontières.

La France va donc, au début, laissé faire; mais lorsque l'Italie s'engage auprès de la Prusse, malgré une proposition de l'Autriche de céder la Vénétie en échange de la neutralité, la France négocie avec l'Autriche pour qu'en toutes finalités, l'Italie se voit gratifié de la province vénitienne, mais sans intervenir dans le conflit.

Cette action peut être vue comme une tentative de rapprochement de la part de la France sur l'Italie, car, en effet, lors de l'unification italienne le monarque français, Napoléon III, refuse l'annexion des États-Papaux, en raison de la grande chrétienté de sont entourage, dont sa femme, l'Impératrice Eugénie.

L'armée prussienne profite de son avantage logistique pour mener une « guerre éclaire », et pénétrer en Bohème. La bataille décisive à lieu à Sadowa un mois après le début du conflit.

Lors de cette bataille, la Jeune Prusse écrase la vieille Autriche. Après un nouveau mois de flottement, la paix est signé le 12 août 1866, deux mois donc après l'ouverture des hostilités.

La paix est dure pour l'Autriche, qui voit la dissolution de la Confédération germanique, au profit de la Confédération d'Allemagne du Nord : futur Empire Allemand.

Confédération d'Allemagne du Nord
Confédération d'Allemagne du Nord

Mais elle se voit aussi évincé de la sphère géopolitique allemande, chassant tout espoir d'une unification à son intérêt.

L'Italie, malgré s'être fait humilié par l'Autriche, obtient comme promis la Vénétie.