L’Ascension de Staline

15/05/2020

Iossif Vissarionovitch Djougachvili, dit Joseph Staline, est probablement l'une des personnalités historiques les plus connues au monde, par son caractère comme par ses méthodes. Revenons sur comment il a pris le pouvoir, et comment il a fait pour le conserver.


Iossif Vissarionovitch Djougachvili naît le 18 Décembre 1878, dans le ville de Gorgi, en Géorgie.

À 14 ans, il entre dans un séminaire pour devenir prêtre. C'est durant cette période qu'il se passionne pour les thèses de Karl Marx et entre, en 1898, dans la branche locale du Parti Social-Démocrate.

En 1899, il est renvoyé de son séminaire pour avoir été absent durant une lecture de la Bible.

À partir de ce moment là il va commencer à voler et à braquer des banques pour le compte du Parti. En 1902, il est arrêté et est condamné à l'exil en Sibérie pendant trois ans. 

En 1904 il s'échappe et revient dans sa région natale pour commencer sa carrière révolutionnaire sous le pseudonyme de Koba.

Staline en 1902
Staline en 1902

En 1905, lors d'une manifestation à Petrograd, les soldats tirent sur la foule lançant une révolution qui se terminera par une légère amélioration des conditions, mais surtout par un affaiblissement du pouvoir et de l'autorité du Tsar.Au même moment, Staline prépare une révolution dans sa région, il ne participera donc pas à cette révolution de Petrograd.Une fois la révolution terminée, deux camps s'affrontent pour la façon de concevoir et d'appliquer le marxisme en Russie, les Mencheviks et les Bolcheviks.Les Mencheviks prônent une transition douce en collaboration avec les élites bourgeoises, et la noblesse impériale. Les Bolcheviks, eux, s'opposent totalement au régime en place, prônant une alliance de la classe paysanne et la classe ouvrière, voulant une transition brutale en renversant le pouvoir.Staline hésite, mais, par détestation des bourgeois, des hauts cadres et des Mencheviks, il se place chez les bolcheviks et est élu représentant du Caucase durant le premier Congrès bolchevique. C'est ici qu'il rencontre pour la première fois Vladimir Lénine. Après plusieurs voyage à l'étranger pour des conférences et des rencontres avec le Parti, il rédige un article concernant les problèmes de nationalité en Russie après une rencontre avec Lénine. Dès lors, Lénine lui accorde toute sa confiance. De plus, Staline continue d'organiser ce qu'il appelle les "expropriations", des braquages et des vols servant à financer le Parti, actes encouragés par Lénine, ce qui vaudra à Staline plusieurs arrestations et exils en Sibérie.

Staline en exil en 1915
Staline en exil en 1915

Après l'abdication de Nicolas II et la Révolution de Février 1917, il est nommé directeur du Parti à Petrograd et obtient un poste à la Pravda, le journal du Parti. Dans ses articles, il soutient le gouvernement provisoire qui prône une transition douce, des mencheviks donc. Mais lorsque Lénine revient, il se range directement dans son camps.Durant le mois d'avril 1917, Lénine expose durant ses Thèses d'Avril, la façon dont il compte procéder pour conquérir le pouvoir. Durant ces dernières, il veut donner le pouvoir au peuple, et surtout arrêter la guerre qui fait de nombreuses victimes dans les rangs russes. En Octobre 1917 a lieu la Révolution d'Octobre, victorieuse pour les bolcheviks qui se réunissent et créent le premier Congrès Soviet. Staline est nommé commissaire aux nationalités durant la Guerre Civile qui déchirera le pays entre 1918 et 1921. Car, en effet, depuis l'abdication du Tsar et l'arrivée au pouvoir des bolcheviks, beaucoup de personnes n'approuvent pas ces derniers et s'opposent aux bolcheviks. Ces armées seront nommées blanches, par opposition à l'armée rouge. C'est Leon Trotski qui créera l'armée rouge et l'organisera, étant nommé commissaire du peuple à la guerre.

Cavaliers de l'armée rouge dans les années 1920
Cavaliers de l'armée rouge dans les années 1920

De plus, c'est durant cette période qu'une grande famine sévit dans tout le pays en raison des quotas de nourritures à fournir au gouvernement, toujours de plus en plus forts. Staline est envoyé à Tsaritsyne, future Stalingrad, pour y surveiller les récoltes.

Une fois sur place, Staline décide de prendre le commandement des troupes, contre l'avis de Trotski. Il décide même de limoger des officiers ayant appartenu à l'armée impériale, pourtant placé ici par Trotski pour leurs compétences et leurs expériences, ce qui ne fera que tendre les relations entre les deux hommes.

Vers début 1919 est créé un bureau politique, le Politburo, qui sera en charge de définir les marches à suivre pour le pays. Les premiers membres sont : Lénine, Zinoviev, Kamenev, Staline et Trotski. C'est entre les membres de ce cercle restreint que se jouera la lutte pour le pouvoir.

Une fois la Guerre Civile terminée, le pays se trouve dans un état lamentable. Lénine décide donc d'aider les petits commerces et industries en remplaçant les réquisitions par un impôt, cette politique sera nommée, la Nouvelle Politique Économique, mais plus connue sous le nom de NEP.

Affiche de propagande pour la NEP
Affiche de propagande pour la NEP

Pendant ce temps-là, Staline lève une milice en Géorgie pour prendre le pouvoir, aux mains des mencheviks. Il réussira, mais contre l'avis du Parti et de Lénine, la Géorgie étant reconnue comme un état par la Russie, et les pays étrangers. En avril 1922 est créé le poste de secrétaire général, Staline y est élu quelques jours plus tard. Peu de temps après, Lénine fait une attaque cardiaque qui l'écarte temporairement de la vie politique.

Une fois à son poste, Staline va nommer 10 000 cadres dans le Parti, s'assurant au passage de leur loyauté, il va renouveler drastiquement les comités de district et va créer un corps d’inspecteurs de provinces. Toutes ces personnes seront bien mieux rémunérées que les autres, comme cela, elles deviennent dépendantes de Staline, car s' il n'est pas réélu, elles risquent de perdre tous leurs privilèges.

Tout cela permet donc à Staline de s'assurer du soutien des 10 000 nouveaux cadres, et de d'être toujours réélu à son poste.

De retour après un repos, Lénine découvre un tout autre Staline. Ce dernier qui auparavant a toujours été quelqu'un d'obéissant et de calme, ne participant que très rarement aux débats enflammés entre Trotski et Lénine, est en passe de prendre le pouvoir.

Durant tout le reste de sa vie, Lénine fera tout pour que Staline parte de son poste et n'y revienne plus. Pour cela il va lui reprocher les crimes commis sur les géorgiens lors de son invasion, il va lui reprocher sa main mise sur l'administration, ...

Malheureusement, en 1923 Lénine refait deux attaques cardiaques qui l'écartent définitivement du pouvoir. Il réussira tout de même à écrire une série d'articles sur sa succession et la marche à suivre pour le pays, qui seront connus sous le nom de Testament de Lénine.

Lénine, malade, reçoit la visite de Staline
Lénine, malade, reçoit la visite de Staline

Staline fera tout pour que ce testament ne soit pas connu au grand jour et qu'il disparaisse, car dans ce dernier, Lénine prône une transition douce vers le socialisme, le contraire de ce qu'il prônait et donc ce que prône actuellement Staline. De plus, il montre les dangers de ce dernier, et demande à ne pas le voir à sa succession, préférant Trotski.

En Septembre 1923, le fondateur de la police politique Dzerjinski, un proche de Staline, propose d'obliger tous les membres du Parti à donner des informations sur une quelconque faction à l'intérieur du Parti, pour resserrer l'unité du Parti.

En Octobre 1923, 46 anciens révolutionnaires signent une déclaration reprenant des critiques de Trotski concernant la proposition de Dzerjinski, et l'autoritarisme qui se met en place. 

Lors de la 13ème Conférence du Parti, Staline propose une loi visant à exclure du Parti tous ceux coupables d'y avoir constitué des factions.

Trotski, absent pour cause de maladie, est accusé d'anti-léninisme et ses partisans sont exilés, mais il reste dans le Parti.

Quelques jours plus tard, Lénine meurt. C'est à partir de là que la Russie commencera à lui vouer un culte encore tenace dans le pays actuel.

Staline donnera des conférences intitulées "les bases du léninisme" qui seront publiées en livre, alors qu'au même moment , Trotski publie "les leçons d'Octobre" dans lesquelles il critique la dérive autoritaire du Parti.

Dans ces dernières, il démontre que seul une révolution mondiale pourra sauver la révolution. Par opposition, Staline développe une théorie simple et compréhensible pour la masse ouvrière et agricole, le "socialisme pour un seul pays". De plus, cette idée flatte les sentiments patriotiques du peuple.

À partir de 1923 commencent à se dessiner deux grandes tendances. L'opposition de gauche (menée par Trotski) , prônant une industrialisation et une communautarisation, contre l'opposition de droite (comprenant Kamenev, Zinoviev, Boukharine,...) , favorable à l'enrichissement et à la NEP.

Opposition de Gauche

Leon Trotski (au centre) et ses partisans
Leon Trotski (au centre) et ses partisans

Opposition de droite

Grigori Zinoviev
Grigori Zinoviev
Nikolai Boukharine
Nikolai Boukharine
Lev Kamenev
Lev Kamenev

Staline va donc méthodiquement éliminer tous ses adversaires politiques par un jeu d'alliances opportunistes.

Il va commencer par éliminer la menace Trotskiste en s'alliant avec Kamenev et Zinoviev, qui ont été critiqués dans les leçons d'Octobre. Trotski sera donc harcelé par la presse ce qui le forcera à partir de son poste de commissaire du peuple à la guerre, mais restera membre du Politburo grâce à l'intervention de Staline, qui aurait dit : "Son heure n'est pas encore venue"

Ensuite, il va s'allier avec Boukharine, fervent défenseur de la NEP, pour mettre hors-jeu Kamenev et Zinoviev. Ces derniers, voyant la NEP comme une mesure transitoire, s'opposent à  Boukharine et Staline, et, comprenant le jeu de ce dernier, s'allient avec Trotski et créent l'Opposition Unifiée.

Malheureusement il est trop tard, et après un soulèvement raté en Chine, la politique de Trotski semble impensable.

Lors du XVème Congrès du Parti, la plupart des meneurs de l'Opposition sont exclus et Trotski est exilé. Kamenev et Zinoviev font leur auto-critique pour être réintégrés.

Pour mettre définitivement hors-jeu ses opposants, il s'attaque à Boukharine et le reste de l'opposition de droite. Il reprend donc les idées de l'opposition de gauche, à qui il s'était opposé, prônant une industrialisation et une collectivisation.

Limogeage de cadres, accusations de factions et de dérives, et votes imposés par Staline aux membres du Parti, ce courant droitier finit par être définitivement discrédité.

Désormais Staline est seul, les derniers restant sont soit exilés, soit encore présents mais écoutés par personne, discrédités.

Après l'assassinat d'un proche de Staline, Kirov,  il fait passer plusieurs lois permettant ,dans les affaires d'état, de condamner à mort sans appel ni recours.

Le meurtrier de Kirov étant un partisan de Zinoviev et Kamenev, ils sont arrêtés et jugés.

Entre 1936 et 1938 ont lieu les Procès de Moscou durant les Grandes Purges.

Durant ces derniers, les accusés font leur auto-critique et doivent louer les mérites de Staline. Malheureusement, les sentences sont souvent les mêmes, c'est le Goulag, ou la mort.

Durant ces procès, toutes les grandes figures ayant été proches de Lénine ou s'étant opposées à Staline meurent : Kamenev, Zinoviev, Boukharine, ...etc

Seul Trotski échappe au procès, étant exilé au Mexique, mais il sera assassiné par un agent soviétique en 1940.

Durant les grandes purges, ce sont près de 700 000 personnes qui seront envoyés au Goulag, et 800 000 vers la mort.

Des condamnés au Goulag travaillant sur le Transsibérien
Des condamnés au Goulag travaillant sur le Transsibérien

Les Grandes Purges laissent Staline seul maître de l'Union Soviétique, les derniers encore en vie étant des personnes dévouées à lui.


LA SUITE ON LA CONNAIT :

La Seconde Guerre Mondiale, la Guerre Froide

Staline aura à lui seul, façonné d'une manière le monde actuel. 

Mais la façon dont il est arrivé au pouvoir avec celle d'Hitler, nous éclaire un peu plus sur les différents chemins qui mènent au totalitarisme.

Ce cuisinier géorgien va nous préparer des plats  épicés.

                               Lénine au sujet de Staline