4 Juin 1859 : Bataille de Magenta

14/05/2020

Alors que les autrichiens menaient une attaque sur le Piémont, l'offensive fut stoppée net par l'arrivée des français, et la bataille de Magenta.

Les français allèrent à la rencontre des autrichiens, mais les piémontais, hésitant, ne prirent pas par au combat, mené donc seul par Napoléon III et ses hommes.

Les autrichiens s'étaient retranchés derrière la rivière du Tessin, située en Suisse et en Italie du Nord.

Les français établirent plusieurs têtes de pont, fabriqués par le génie à l'aide de ponts flottants pour affronter les autrichiens, rappelant les malheurs d'Essling.

Les français arrivèrent à la rencontre des autrichiens près de San Martino où les combats furent très rudes.

Les colonnes autrichiennes attaquaient à de multiples reprises , les grenadiers français, tenant bon malgré tout. Les renforts durent doubler le pas sous une chaleur écrasante.

Durant cette bataille le potentiel combatif était primé sur la stratégie ou la tactique. Les soldats se battaient parfois au corps-à-corps, certains bâtiments étaient en ruines. Alors que le soleil se couchait et que chacun des partis se préparait pour la retraite, une armée du général Mac-Mahon défait plus au nord, arriva prêter mains fortes aux combattants.

Ils lancèrent un ultime assaut sur Magenta, ville fortifiée par les autrichiens. Les bâtiments furent pris d'assaut un par un chacun leur tour. Au final ils chassèrent les autrichiens qui durent fuir.

Un mois plus tard, les autrichiens et les français se livrèrent à nouveau à des affrontements violents aux alentours de Solférino, Magenta étant comme une sorte d'avant-goût de la dure bataille que fut Solférino, mais ça c'est une autre histoire...


C'est belle et bien cette bataille qui influença un chimiste français au moment de découvrir une nouvelle couleur : le Magenta.


Pertes et forces en présence :

Français : 4 500 morts ou blessés sur 54 00 hommes

Autrichiens : 10 300 morts, blessés ou prisonniers sur 58 000 hommes