1214 : Bataille de Bouvines

12/05/2020

Déroulé de la Bataille :

27 Juillet 1214, les deux armées se font face. L'armée du Roi de France, dirigée par Philippe II Auguste, est composée de 1 500 chevaliers de tout le Royaume. Pour augmenter les rangs, Philippe Auguste a amené environ 5 500 troupes d'infanterie, dont beaucoup de milices urbaines amenées par les communes, venant de toute la France, des paysans armés de lance ou de faux, équipés d'un petit bouclier de bois, très peu solide. 

Face à lui, l'Empereur du Saint Empire Romain Germanique, Otton IV  une armée de coalisés venant de tout l'Empire, et de certains royaumes ennemis de la France. Son armée est composée de piquiers teutons, mais aussi de cavaleries nobles anglaises et flamandes, de redoutables archers anglais,  pour un tout d'environ 9 000 hommes.

Les armées se préparent pour un combat mémorable.

Philippe Auguste à la Bataille de Bouvines
Philippe Auguste à la Bataille de Bouvines

Les forces coalisées s'avancent et le combat s'engage sur toute la ligne de front. Les piquiers teutons ont eu pour consigne de tuer le roi des francs qui leurs faisait face.

Au bout d'un moment, le flanc gauche coalisé voit une nuée se précipiter vers eux, c'est la cavalerie franque ! Ils foncent et brisent les rangs coalisés, c'est la débandade, les coalisés se font massacrer, brisant le flanc gauche.

Sur le flanc droit franc, la pression devient trop forte et les francs commencent à lâcher, quand un cavalier fonça sur le chef anglais le renversant de sa masse, ses soldats, démoralisés, fuient. La bataille penche en faveur des francs, quand... au centre, la milice urbaine, après avoir résisté  pendant des heures, ploient face aux piquiers teutons, expérimentés, cernant le roi, leur cible. 

Le roi lutte, mais il commence à être entouré, une lance le fait tomber à terre. Les derniers chevaliers et miliciens protègent de leur corps le roi, des soldats dressent l’oriflamme. La Garde royale, trop loin, se mit en route. Les derniers chevaliers morts, tous les soldats se jettent sur le roi, la dague ou le poignard à la main. 

Quand soudain, les cavaliers de la Garde chargent et, furieux, massacrent les piquiers teutons qui fuient. Le roi est sauf. Philippe Auguste rassemble ses forces et charge sur l’empereur Otton.

 Mis en danger, l’empereur fuit, à la suite de ses troupes. Les derniers chevaliers donnent leurs vies pour couvrir la fuite de cette empereur déchu.

Conséquences :

La bataille fut une réussite totale pour le Royaume. La paix est signée, les anglais entrent dans une sorte de guerre civile, et Otton, répudié depuis longtemps par le Pape, est détrôné.

La présence de forces venant de tout le pays permit aux sujets du Royaume de s'unifier autour de cette victoire. C'est d'ailleurs après cette bataille que le Roi des Francs, devint le Roi de France. 

Après cette bataille, Philippe Auguste continua de récupérer des territoires aux anglais, ne leur laissant plus que la Guyenne.

On dit que l'esprit national français est né à Bouvines